Le Vietnam participe au débat de la Deuxième Commission sur le développement durable

Mardi, 10 octobre 2017 à 03:58:38
 Font Size:     |        Print
 

Une session de l'ONU. Photo : VNA
 Font Size:     |  

Nhân Dân en ligne - La Commission économique et financière (Deuxième Commission) de l’Assemblée générale des Nations unies a débattu le 10 octobre du développement durable.

Une soixantaine de délégations sont enregistrées pour participer aux discussions portant sur plusieurs sujets, y compris, entre autres, la réduction des risques de catastrophes naturelles, les changements climatiques, la désertification, la sécheresse, la perte de la biodiversité, l’accès aux technologies nécessaires pour passer aux énergies renouvelables et les tempêtes de sable et de poussière.

Le délégué philippin, qui s’exprimait au nom de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), a indiqué que les pays membres de l’ASEAN ont coopéré de manière étroite avec la communauté internationale et les organisations mondiales, dont l’ONU, dans le but de lutter contre les changements climatiques et de réduire les risques de catastrophes naturelles.

Il a réaffirmé les engagements de l’ASEAN auprès de l’Accord de Paris et exhorté les pays développés à intensifier leurs efforts pour promouvoir des villes résilientes et à faibles émissions de carbone dans les pays de l’ASEAN, notamment en matière de technologies énergétiques durables et de systèmes d’alerte précoce des catastrophes.

Pour sa part, Ngô Gia Thuân, premier secrétaire et représentant de la mission du Vietnam auprès de l'ONU, a déclaré que ces dernières années le Vietnam s’est montré dynamique, avec l’aide de l’ONU, dans la mise en œuvre de mesures concrètes face aux changements climatiques. En effet, le pays a mené des programmes de sensibilisation et d’éducation du public à la réduction des risques de catastrophe et a introduit cette question dans son cadre juridique national.

À partir de ses expériences, le Vietnam a recommandé des solutions contribuant à améliorer la préparation aux risques et la résilience aux changements climatiques.

Le représentant vietnamien a constaté que les pays à faible et à moyen revenu, qui sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles, devraient bénéficier d’investissements accrus pour le renforcement de leurs capacités de résilience.

Il a aussi suggéré que les responsabilités d’atténuation des risques de catastrophe soient pleinement partagées entre les parties prenantes, publiques et privées.

NDEL