Des engagements forts pour épauler le delta du Mékong

Lundi, 09 octobre 2017 à 03:54:54
 Font Size:     |        Print
 

Le delta du Mékong est l’une des quatre régions les plus affectées par le dérèglement climatique qui produit des phénomènes extrêmes, la sécheresse, l’élévation du niveau de la mer, la salinisation des sols, etc. Photo: VNA.
 Font Size:     |  

Nhân Dân en ligne - Le développement durable basé sur la réorganisation de la production est indispensable pour le delta du Mékong. Cette région disposera d’un Fonds pour son développement et sera l’objet d’une conférence ou d’un forum au niveau national tous les deux ans.

Sécheresse, salinisation, érosion... Le delta du Mékong doit tout miser sur le développement durable s’il veut gagner la partie qui l’oppose à la nouvelle donne climatique. Le gouvernement a d’ailleurs pris des engagements forts pour la région à l’issue d’une conférence de deux jours qui lui était consacrée à Cân Tho. Le gouvernement s’est engagé à créer un mécanisme optimal, à mobiliser la participation des populations, des entreprises et des organisations internationales, et à matérialiser les actions, initiatives pour l’aider à transformer les défis en opportunités.

Outre la transformation du modèle de développement, le delta du Mékong recevra des soutiens du gouvernement pour déployer des solutions ainsi que des programmes et projets prioritaires dans le futur. «Le gouvernement va élaborer une résolution propre pour cette région», a promis le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc. L’essentiel du texte portera sur les moyens pour protéger la terre, l’eau et les hommes de cette région, sans omettre l’élaboration d’une vision à long terme pour faire de ce grenier à riz une zone de production agricole high-tech. Le Premier ministre a demandé de créer un Fonds de développement pour le delta du Mékong financé par le budget étatique et plusieurs autres sources.

Priorité aux ouvrages hydrauliques

D’ici 2020, la région recevra au moins un milliard de dollars et devra les décaisser efficacement pour construire des travaux hydrauliques supplémentaires tels que le système d’égouts sur les grands bras de la province de Kiên Giang pour maîtriser l’entrée et la sortie de l’eau salée, les barrages dans la province d’An Giang pour régler le problème des crues ainsi que les travaux de protection du sol afin d’en empêcher l’affaissement. «Désormais, tous les deux ans, le gouvernement tiendra un forum ou une conférence au niveau national pour discuter des mesures spécifiques pour le développement du delta du Mékong», a-t-il promis.

Nguyên Xuân Phuc a insisté sur les trois grands axes sur lesquels le gouvernement s’appuiera pour le développement du delta du Mékong. Premièrement :faciliter le développement durable et la prospérité de la région par la transformation des défis en opportunités, assurant ainsi une vie stable pour les populations locales et préservant les valeurs culturelles traditionnelles de la région. Deuxièmement : changer la façon de penser le développement agricole, en prêtant attention à l’agriculture bio appliquant les hautes technologies, à l’industrie agroalimentaire et aux industries auxiliaires. Troisièmement : respecter les règles naturelles, en sélectionnant des modèles de développement adaptés aux conditions pédoclimatiques avec un minimum d’interférence avec la nature.

Pour s’adapter aux changements climatiques, l’agriculture dans le delta du Mékong privilégiera l’aquaculture au dépend de la riziculture. Un choix mieux adapté à un environnement où la salinité est de plus en plus présente et forte.

Engagements internationaux

Réunis à la conférence à Cân Tho, reçus par le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc ou interviewés par la presse, les représentants des institutions financières, des organisations internationales et des partenaires bilatéraux ont promis de travailler avec le Vietnam au développement durable du delta du Mékong. La Banque mondiale (BM) va œuvrer avec la Mekong River Commission (MRC) pour aider le Vietnam à réaliser le Plan directeur du delta du Mékong, qui vise à élaborer des solutions et stratégies à long terme sur la base des connaissances de l’état des lieux du delta.

Pour s’adapter aux changements climatiques, le delta du Mékong est appelé à se pencher vers une agriculture intelligente et durable à haute valeur ajoutée. Photo : VNA.

«La BM va prendre en charge le financement du projet +Résilience aux changements climatiques et moyens de subsistance durable dans le delta du Mékong+», a indiqué le directeur national de la BM au Vietnam, Ousmane Dione à l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA). Et de préciser que la BM travaille également avec le ministère de la Construction à la mise en place des systèmes d’approvisionnement en eau pour sept provinces et villes de la région du Sud-Ouest, et au développement du transport fluvial et des services logistiques.

La directrice nationale du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au Vietnam, Louise Chamberlain, a souligné que le PNUD allait focaliser ses aides sur l’objectif d’améliorer la résilience des communautés locales au dérèglement climatique, au travers du soutien à la mobilisation des aides publiques au développement et des investissements privés. Le PNUD a proposé aux ministères de la Construction, du Plan et de l’Investissement de créer un Fonds vert pour le climat pour aider les communautés côtières à s’adapter aux changements climatiques.

L’ambassadeur d’Allemagne au Vietnam, Christian Berger, a fait savoir que le gouvernement allemand allait coopérer avec la BM et le gouvernement vietnamien au renforcement de la cartographie de la prévention et de la lutte contre l’affaissement des sols dans le delta du Mékong et la sous-région du Mékong.

Quant à l’Australie, elle est «prête à coopérer avec le Vietnam dans la recherche de solutions aux défis rencontrés par le delta du Mékong», a déclaré pour sa part l’ambassadeur d’Australie au Vietnam Craig Chittick, notant que son pays s’engageait à fournir au Vietnam ses méthodes d’utilisation économique des ressources en eau dans les zones rurales et une gestion et une utilisation efficaces de l’eau dans le delta du Mékong. L’Australie continuera d’accorder des aides publiques au développement au Vietnam et de participer à la mobilisation des ressources en faveur du Vietnam pour développer le delta du Mékong. Concrètement, l’Australie soutiendra le Vietnam dans l’amélioration de la production agricole.

Enfin, le directeur de la Banque asiatique de développement (BAD) au Vietnam, Eric Sidgwick, a indiqué que la BAD avait introduit le Vietnam dans le Programme sur les changements climatiques de la BAD pour la période 2016-2030, crédité d’un budget total de 20 milliards de dollars. De plus, l’institution basée à Manille va mettre en œuvre au Vietnam le projet de développement des centres urbains du couloir de la sous-région du Grand Mékong (GMS) dans six domaines, dont les infrastructures de transport.

CVN/NDEL