Les miels vietnamiens cherchent à conquérir le marché européen

Jeudi, 02 novembre 2017 à 04:22:10
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration : VNA
 Font Size:     |  

Nhân Dân en ligne - Le volume des miels vietnamiens exporté vers l’Union européenne (UE) ne cesse d’augmenter ces dernières années, de 651 tonnes en 2015 à 1 330 tonnes en 2016 et puis à 1 469 tonnes rien que pendant les neuf premiers mois de 2017.

Lors d’un colloque organisé le 1e novembre à Hô Chi Minh-Ville par le Projet européen d’assistance aux politiques commerciales et à l’investissement (European Trade Policy and Investment Support Project, EU-MUTRAP) dans le but de trouver des mesures permettant d’élargir la part de marché des miels vietnamiens exportés vers l’UE, des experts ont souligné que la meilleure solution consistait à améliorer la qualité afin de répondre aux exigences des importateurs. Il est important de réduire le taux de sucre qui est encore jugé trop élevé dans les miels à l’exportation du pays, selon eux.

Depuis mars 2013, le Vietnam est parvenu à satisfaire les règlementations techniques appliquées par l’UE vis-à-vis de la surveillance des résidus chimiques et des contaminants dans les miels qu’elle importe à l’étranger. Cependant, l’UE ne représente qu’une part modeste dans les exportations de miel du Vietnam.

En effet, au début de l’année jusqu’au 15 septembre, le Vietnam a exporté 29 000 tonnes de miel mais il n’y avait que 1 469 tonnes qui ont été expédiées au marché européen. Au contraire, aux États-Unis, il est le premier exportateur de miel en occupant 20% de leurs importations de miel.

Selon l’Association des Agiculteurs vietnamiens (AAV), il est temps d’accélérer la présence des miels vietnamiens au sein de l’UE. Les besoins en miel à l’importation de l’UE sont comparables à ceux des États-Unis. En moyenne, la demande en miel de l’UE s’accroît de 5,5 à 7%/an alors que la région connaît une chute importante du nombre de colonies d’abeilles et des apiculteurs. La filière apicole vietnamienne devrait profiter de cette situation et de l’Accord de libre-échange Vietnam - UE qui entrera bientôt en vigueur pour renforcer les exportations sur ce marché, a fait remarquer Dinh Quyêt Tâm, président de l’AAV.

Cependant, les entreprises exportatrices vietnamiennes ne se montrent pas trop optimistes car, selon eux, c’est toujours un marché sévère. Nguyên Viêt Cuong, directeur de Dak Nguyên Hông, une compagnie de production de miel installée dans la province de Dak Lak, a expliqué : « La visibilité des miels vietnamiens sur ce marché est insuffisante. Les exportateurs européens ont tendance à classer nos produits à un même niveau avec les miels chinois dont la qualité est en réalité plus faible. Il faut que la filière déploie des stratégies de longue haleine permettant de rendre de plus en plus notoires ses marques et de faire en sorte que les importateurs européens réalisent la véritable qualité des miels en provenance du Vietnam ».

Nicolaus Bieger, un expert du projet EU-MUTRAP, a suggéré que les entreprises vietnamiennes devaient améliorer leur processus de production pour répondre aux normes européennes à l’importation en avertissant que les miels vietnamiens sont normalement incapables de se mettre en conformité avec les règlements de l’UE sur la teneur en eau du miel.

NDEL