Des actes administratifs de la dynastie des Nguyên, preuves de la souveraineté du Vietnam

Mardi, 17 juin 2014 à 22:21:57
 Font Size:     |        Print
 

Les documents de la dynastie des Nguyên témoignent de la souveraineté nationale. Photo: CVN.

Nhân Dân en ligne - La dynastie des Nguyên (1802-1945), la dernière dynastie d’empereurs du Vietnam, nous a laissé un patrimoine sans prix pour l’histoire nationale, notamment pour son corpus d’actes et de documents.

On peut affirmer que les documents de la dynastie des Nguyên ont été relativement bien préservés jusqu’à nos jours. D’une grande richesse, ils livrent des informations d’ordre politique, diplomatique, militaire économique, social, culturel... de la société vietnamienne du fondateur dynastique Gia Long jusqu’au dernier empereur Bao Dai.

La dynastie des Nguyên a privilégié le renforcement du gouvernement et des institutions, notamment par la concentration des pouvoirs. C’est la raison pour laquelle la gestion et la conservation de ce corpus ont été effectives. Nombre d’administrations impériales de divers échelons, central ou local, ont préservé un grand nombre de ces actes et documents, même si les nombreuses vicissitudes de l’histoire du pays ont causé la perte de certains. Cela les rend d’autant plus précieux et significatif pour le peuple vietnamien.

Actuellement, les historiens et autres spécialistes des sciences sociales, juridique et politique – qu’ils soient vietnamiens ou non - considèrent le corpus d’actes et de documents de la dynastie des Nguyên comme une source irremplaçable et sans prix sur la société de ces temps. Ils permettent en effet d’étudier en profondeur la culture et la civilisation vietnamienne.

Mais ils ont encore une autre utilité aujourd’hui : protéger les intérêts de la nation. Ainsi, ils ont permis entre autres de démontrer et donc de préserver la souveraineté du pays sur son territoire. Actuellement, le Centre national des archives 1 conserve 14 anciens actes concernant directement la souveraineté nationale, notamment sur les archipels de Hoàng Sa (Paracel) et de Truong Sa (Spratly).

Ils livrent sans ambiguïté les mesures prises par ces empereurs Nguyên, en particulier lors du règne de Minh Mang, afin de protéger la souveraineté nationale sur les archipels de Hoàng Sa et Truong Sa des atteintes extérieures.

Il témoigne d’une intense activité, allant de la cartographie jusqu’aux opérations de sauvetage à Hoàng Sa et Truong Sa en passant par la nomination de gardes, les récompenses ou sanctions des personnes de ceux chargés de marquer la souveraineté nationale sur ces archipels...

Aux côtés de ceux d’autres époques - antérieures et postérieures, ces actes et documents des Nguyên sont particulièrement importants car, en dehors des faits qu’ils établissent, ils constituent la base de l’application des textes actuels comme de la démonstration juridique de la souveraineté du Vietnam sur les archipels Truong Sa et Hoàng Sa depuis, à tout le moins, cette dynastie...

Une ordonnance impériale découverte à Quang Ngai


Photo: CVN.

Une ancienne ordonnance impériale du 15 avril 1835 relative à l’archipel de Hoàng Sa (Paracel) est découverte intacte dans le district insulaire de Ly Son, province de Quang Ngai (Centre), par le Docteur Nguyên Dang Vu, directeur adjoint du Service provincial de la culture, des sports et du tourisme.

Cet original a été conservé jalousement durant 170 ans dans la famille de Dang Lên, un descendant de l'un des destinataires de cette ordonnance, qui vit dans le village de Dông Hô, commune d'An Hai, district de Ly Son.

Il s'agit plus exactement d'une ordonnance du roi Minh Mang, 2e de la dynastie des Nguyên (1802-1945), prise en 1835, par laquelle il enjoint l'envoi d'une flottille de 3 navires avec 24 matelots pour défendre des archipels de Hoàng Sa.

Par le même acte, le roi confiait à Vo Van Hùng, domicilié à Ly Son, la tâche de recruter des matelots parmi les adolescents locaux forts en natation et en plongée pour se joindre à cette flottille, à Dang Van Siêm (ancêtre de Dang Lên) de servir de guide et à Vo Van Công de se charger de la logistique.

Documents d’un chef de garnison de Hoàng Sa

Photo: CVN.

Il s’agit en premier lieu de l’acte de nomination de Lê Van Uoc en 1838, originaire d’un village aujourd’hui devenu celui de Ha Thanh, dans la commune de Tam Thanh, en qualité de chef par intérim de la "Brigade gauche de soldats du Quang Nam N°1".

Deux autres anciens documents conservés dans cette maison de culte ont également été retrouvés, l’un confiant à Lê Van Uoc la tâche de recruter des marins, et un autre de 1859 portant réglementation du recrutement de marins.

Ces actes anciens montrent que, outre les pêcheurs de la province de Quang Ngai, la population de Quang Nam dont les membres de la famille Lê ont longtemps participé à la constitution des effectifs de la "Brigade de Hoàng Sa" dont la mission était de protéger la souveraineté nationale dans cet archipel.

CVN