Mer Orientale: La carte des Qing est une preuve historique de la souveraineté du Vietnam

Mardi, 17 juin 2014 à 09:51:07
 Font Size:     |        Print
 

La "Carte des limites administratives des provinces de la Cour impériale" de la Chine publiée sous le règne des Qing. Photo: CVN.

Nhân Dân en ligne - Selon la "Carte des limites administratives des provinces de la Cour impériale" de la Chine publiée sous le règne des Qing en 1904, l'extrême Sud de la Chine est l'île de Hainan et n'englobe pas les archipels de Hoàng Sa (Paracel) et Truong Sa (Spratly).

C'est une preuve historique et une base juridique pour confirmer la souveraineté du Vietnam sur ces deux archipels.

La "Carte des limites administratives des provinces de la Cour impériale" a été offerte le 25 juillet 2012 au Musée national d'histoire du Vietnam par le docteur Mai Hông, ancien responsable du bureau d'archives de l'Institut d'études des caractères sino-vietnamiens, actuellement directeur du Centre généalogique du Vietnam.

Selon Mai Hông qui a conservé ce document pendant 35 années, la "Carte des limites administratives des provinces de la Cour impériale" a été la plus moderne de la Chine jusqu'en 1904. Les empereurs de la dynastie des Qing ont mobilisé les meilleurs missionnaires, astronomes et arpenteurs pour la réaliser. L'établissement de cette carte a duré près de deux siècles, de 1708 à 1904, de l'époque de l'empereur Kang Xi (1654-1722) jusqu'à celle de Guang Xu (1871-1908).

En 1708, l'empereur Kang Xi a sélectionné des missionnaires occidentaux tels Joachim Bouvet, Petrus Pierre Jartoux, Jean Baptiste Regis ou Xavier Ehrenbert Fridelli pour dresser une carte de la Grande Muraille de Chine. En 1711, il les a envoyés dans les 13 provinces pour arpenter les terres. Depuis, durant près de 200 ans, des spécialistes chinois et occidentaux ont collectionné et étudié les cartes géographiques et administratives de la Chine. Ils ont également complété celles plus anciennes. La "Carte des limites administratives des provinces de la Cour impériale" a été établie avec l'aide de plusieurs missionnaires prestigieux dont Matteo Ricci, Joannes Adam Schall Von Bell et Ferdinandus Verbiest.

Selon le docteur Hông, les travaux ont été menés par les meilleurs spécialistes, la carte mentionnant longitude et latitude. En la consultant, on peut voir clairement que l'extrême Sud de la Chine est l'île de Hainan et ne comprend pas les archipels de Hoàng Sa et Truong Sa.

Selon le chercheur en écriture sino-vietnamienne (Han-Nom) Pham Hoàng Quân, sous le règne des Qing, la plupart des cartes administratives décrivaient exactement les frontières de la Chine. Outre la "Carte des limites administratives des provinces de la Cour impériale", une autre carte mentionnant également longitude et latitude a été établie en 1719. Elle indique également que l'extrême Sud de la Chine se limite à Ya Zhou, l'extrémité de l'île de Hainan située à 18o21'36" de latitude Nord. Cette carte a été dressée sous la direction de l'empereur Kang Xi, avec le bénéfice des conseils de missionnaires occidentaux.

Cette carte est extrêmement importante car elle servait de base de référence à la quasi-totalité des autres cartes administratives élaborées par la suite, y compris la "Carte des limites administratives des provinces de la Cour impériale" de la Chine de 1904, a souligné le docteur Pham Hoàng Quân.

Concernant les preuves historiques de la souveraineté du Vietnam sur les deux archipels de Hoàng Sa et Truong Sa, l'historien Duong Trung Quôc a précisé que depuis la dynastie des Nguyên (1802-1945), le Vietnam gère régulièrement les archipels de Hoàng Sa et Truong Sa.

"Les archives mentionnent l'envoi par les seigneurs Nguyên des flottilles de Bac Hai et de Hoàng Sa sur ces îles. Nous savons aussi qu'en 1834, à l'époque de l'empereur Minh Mang (1791-1841), le Vietnam avait une carte très détaillée de l'archipel de Truong Sa en Mer Orientale", a affirmé Duong Trung Quôc.

Selon Dinh Kim Phuc, spécialiste sur les problèmes en Mer Orientale, la découverte de cette "Carte des limites administratives des provinces de la Cour impériale" de la Chine est importante car, publiée il y a cent ans par les Chinois eux-mêmes, elle est une base solide pour le Vietnam de compléter ses éléments établissant sa souveraineté sur Hoàng Sa et Truong Sa en vue de leur soumission à l'ONU, a affirmé Dinh Kim Phuc.

VNA