Nouvelle ère de la nation: Les mouvements révolutionnaires (2ème partie)

Lundi, 16 juin 2014 à 12:39:38
 Font Size:     |        Print
 

Mouvements des Soviets du Nghê Tinh (1930-1931). Photo d'archive.

Nhân Dân en ligne - Pendant les années 1930- 1931, les mouvements révolutionnaires se sont répandus dans l’ensemble du pays. Les ouvriers, les paysans, tout comme d'autres classes sociales se sont rapidement regroupés sous le drapeau d'indépendance nationale liée au socialisme tenu par le Parti communiste du Vietnam. Le sommet des mouvements révolutionnaires pendant la période 1930 - 1931 est celui des Soviets du Nghê Tinh.

Les Vietnamiens patriotes, sous la direction du Parti communiste, se sont dressés pour punir les réactionnaires et les laquais des colonialistes français et pour instaurer le pouvoir dans certaines localités. Il s'agit la de la première répétition générale, qui a eu une renommée retentissante, même a l'étranger.

Pendant et après ces mouvements révolutionnaires de la période 1930-1931, le Parti et le peuple vietnamiens ont du faire face à une politique de terreur cruelle appliquée par les colonialistes. De milliers de patriotes et de militants ont été tués ou emprisonnés. Les militants emprisonnés ont transformé les prisons impérialistes en écoles pour apprendre les théories révolutionnaires. Les autres ont continué avec ténacité et courage les activités, pour redresser les mouvements de lutte. En surmontant de multiples difficultés, le Parti communiste a rétabli et renforcé les organisations et les mouvements révolutionnaires.

Le mouvement révolutionnaire des Soviets du Nghê Tinh (1930-1931). Photo d'archive.

Du 27 au 31 mars 1935, le Parti a organisé le premier Congrès pour déterminer sa tâche essentielle à l'époque: se renforcer et se développer, sensibiliser les habitants à lutter contre les impérialistes et contre la guerre; adopter les Statuts du Parti et les Statuts des organisations de masse; élire le Comité central. Lê Hông Phong est élu Secrétaire général du Parti. Tous les participants se sont convenus pour désigner Nguyên Ai Quôc comme représentant du Parti communiste du Vietnam auprès de l'Internationale communiste.

Pendant la période de 1936-1939, le contexte national et international a eu des évolutions considérables. Le Front antifasciste, pour la démocratie et la paix dans le monde entier a été fondé par l'Internationale communiste. En France, le Front populaire antifasciste a remporté la victoire. Face à cette situation, le Parti communiste du Vietnam a envisagé la fondation du Front démocratique d'Indochine, pour pointer les mouvements révolutionnaires aux fascistes et aux réactionnaires dans le pays, et réclamer la liberté, le bien-être et la paix. Le Parti a lutté sous forme légale et mi-légale, tout en respectant le principe secret et de lutte illégale, même la lutte au Parlement. Pendant cette période, les journaux révolutionnaires du Parti, du Front démocratique et des organisations de masse ont été publiés pour renforcer le travail de sensibilisation et de propagande. Au mois de juillet 1936, Ha Huy Tâp est désigné comme Secrétaire général du Parti. Et ensuite, au mois d'août 1938, Nguyên Van Cu est désigné à ce poste.

Faisant suite aux mouvements des Soviets du Nghê Tinh en 1930-1931, on a assisté à la deuxième répétition générale avec les mouvements de sensibilisation démocratique de 1936 -1939.
Au mois de novembre 1939, le sixième Plénum du Comité central du Parti (issu du 1er Congrès) s'est tenu, et a décidé de réorienter la stratégie de direction, en accordant la priorité à la libération nationale, aux travaux préparatifs à l'insurrection générale pour s'emparer du pouvoir. Le 27 septembre 1940, le soulèvement de Bac Son s'est déclenché, le 23 novembre 1940, celui de Nam Ky, et le 13 janvier 1941, la mutinerie militaire de Dô Luong.

Il s'agit la des coups de canon avertissant de l'insurrection nationale qui va se produire lors de la poussée des sensibilisations de libération nationale (1939-1945).
En novembre 1940, le septième Plénum du Comité central du Parti s'est tenu, pour aboutir à la Sensibilisation pour la libération nationale, et à la formation du Front populaire uni contre les fascistes japonais et les colonialistes français.

Au fort de l’orage révolutionnaire, le 28 janvier 1941, après plusieurs années d'activité à l’étranger, Nguyên Ai Quôc retourne au Vietnam.

Au mois de mai 1941, à Pac Bo (Cao Bang), le huitième Plénum du Comite central du Parti s'est tenu sous la présidence de Nguyen Ai Quôc, et a décidé de porter haut le drapeau de libération nationale, et de regrouper toutes les forces et individus patriotes pour chasser les fascistes japonais, les colonialistes français et les laquais vietnamiens, donner la liberté au peuple. Les participants ont convenu sur la fondation du Front d’alliance pour l'indépendance du Vietnam (en sigle le Front Viet Minh). Truong Chinh a été élu Secrétaire général du Parti.

Sous le drapeau de salut national de Viêt Minh, les mouvements révolutionnaires se sont fortement développés.

Parallèlement avec l'édification des forces armées et des bases révolutionnaires, le Parti s'est proposé d'élargir le Front populaire uni, et a donné le privilège aux mouvements dans les villes, au regroupement des écoliers, des étudiants, des intellectuels et les bourgeois patriotes... Pour lutter contre la culture asservie propagée par les impérialistes, et pour construire la culture vietnamienne nouvelle, le Parti communiste a publié la Thèse sur la culture du Vietnam en 1943.

Le 22 décembre 1944, selon une directive du Président Hô Chi Minh, la Brigade propagande et de libération dirigée par Vo Nguyên Giap, a été fondée, et attaqué avec succès les postes ennemis de Phai Khat et Na Ngan.

  Partager cet article