"Neuf ans pour un Diên Biên"

Lundi, 16 juin 2014 à 00:01:01
 Font Size:     |        Print
 

À 17h30 le 7 mai 1954, le drapeau de l'Armée populaire du Vietnam a flotté sur la casemate de Général De Castries. Photo d'archives.

Nhân Dân en ligne - L’automne-hiver 1953, la résistance contre les colonialistes français entra dans une nouvelle étape, le rap­port de force entre nous et notre adversaire connaissait des changements qui nous étaient favorables.

En septembre 1953, le Bureau Politique organisa une réunion sous la présidence de Hô Chi Minh. Y ont participé le Secrétaire général Truong Chinh, le vice-Premier ministre Pham Van Dông, le général et le commandant en chef Vo Nguyên Giap, le chef d'état-major général Hoàng Van Thai. La réunion a arrêté un plan militaire de l'hiv­er-printemps 1953-1954 pour faire face au plan Navarre selon lequel nos troupes ouvri­raient les attaques au Nord-Ouest en coor­donnant avec nos amis laotiens au Haut Laos et au Moyen Laos. Mi-novembre 1953, la division 316 progressa vers le Nord-Ouest pour libérer Lai Châu. Navarre donna aussitôt l'ordre à ses troupes d'occuper Diên Biên Phu. En estimant que la cuvette Dien Bien serait une "machine à broyer" capable d'écraser nos forces régulières, Navarre a fait Diên Biên Phu d'un objectif central de son plan. Diên Biên Phu est devenu un camp retranché le plus fort en Indochine.

Le 6 décembre 1953, le Bureau Politique décida d'ouvrir la Campagne de Diên Biên Phu. Le général Vo Nguyên Giap fut désigné comme secrétaire du comité du Parti dans l'Armée et commandant en chef du front; le vice Premier ministre Pham Van Dong, président du Conseil de ravitaillement pour le front; Trân Dang Ninh chef du Service de Transport et de Logistique. Avec le mot d'or­dre « Tout pour le front, tout pour la victoire », notre peuple a consacré toutes ses forces humaines et matérielles à la Campagne. Des centaines de milliers de travailleurs civiques, de jeunes volontaires ont participé tant à l'ou­verture de la route qu'au transport des muni­tions et des vivres pour le front. Les théâtres d’opérations de la Zone 5, du Tây Nguyên, du Sud, du Nord, du Laos, du Cambodge se coordonnaient avec Diên Biên Phu pour dis­perser les forces ennemies et les retenir sur place.

Au cours de la préparation du plan opérationnel, à cause du changement de disposi­tion des forces ennemies, la tactique prévisionnelle "l'attaque rapide pour une victoire rapide" n'était plus convenable. Pour être sûr de la victoire, le général Vo Nguyên Giap a proposé de passer à la tactique "attaque coup sûr, avance ferme". Cette derrière a été adoptée par le Président Hô Chi Minh et le Secrétaire général Truong Chinh.

Le 13 mars 1954, nos troupes déclenchèrent la première attaque sur des points d'appui ennemis à l'extérieur de Diên Biên Phu. Notre artillerie puissante avec des tirs précis a provoqué une grande surprise pour l'ennemi. Nous avons anéanti les points d'appui Him Lam (Béatrice), Dôc Lâp (Gabrielle), menacé et appelé à l'ennemi à se rendre à Ban Keo (Anne Marie 1 et Anne Marie 2). Le système de défense de l'ennemi dans le sous-secteur Nord fut brisé.

Dans l'après-midi du 30 mars, la deuxième attaque commença. Nous attaquâmes les collines à l’est, coupâmes l'aérodrome de Muong Thanh, anéantissant la zone de défense clé du secteur central. C'était une attaque la plus longue et âpre. Nous nous emparâmes épaulement par épaulement sur les collines Al, Cl, E, D. Notre encerclement fut resserré de plus en plus. Le 23 avril, nous avons pu contrôler l'aérodrome de Muong Thanh.

La troisième attaque commença le 1 mai. Dans l'après-midi du 6 mai, nos troupes firent exploser le bloc de dynamite de près d'un tonne place sur la colline Al, écrasant le blockhaus souterrain de l'ennemi. Le bruit de l'explosion était considéré comme le signal de l'ordre d'offensive générale. Dès l'aube du 7 mai, la position Al fut attaquée et occupée. 17h30' du 7 mai 1954, le général de Castries et les officiers de l'état-major du camp retranché de Diên Biên Phu furent capitulés. Le drapeau "déterminé à combattre et à vain­cre" attribué par l'oncle Ho à notre armée flottait dans l'ambiance héroïque de la vic­toire totale.

La victoire de l'Hiver-Printemps 1953­-1954 dont l'apogée était la Campagne his­torique de Diên Biên Phu a ouvert une nouvelle situation politique, contribuant au succès de la Conférence de Genève, clôturant les 9 années de résistance contre les colonialistes français. Le secrétaire général Lê Duân a dit: "C'est une épopée d'une guerre miraculeuse du peuple dont l'exploit le plus marque - la grande victoire de Diên Biên Phu - a été écrite dans les pages de l'histoire nationale comme une nouvelle édition des victoires de Bach Dang, de Chi Lang ou de Dông Da au XXe siècle et dans celles de l'histoire mondiale comme une éclatante victoire sur le régime colonialiste draconien".