IIe Congrès national du PCV: Sous la direction du PCV, la résistance nationale a triomphé glorieusement

Lundi, 11 janvier 2016 à 06:00:21
 Font Size:     |        Print
 

Le IIe Congrès national du Parti communiste du Vietnam. Photo d'archives/NDEL.
 Font Size:     |  

Nhân Dân en ligne - Le IIe Congrès national du Parti communiste du Vietnam (PCV - appelé au début "Parti du Travail du Vietnam") s’est réuni en 1951 dans le contexte où l’Union soviétique se développait à tous les égards, les pays socialistes en Europe entamaient l’œuvre d’édification du socialisme; les États-Unis appuyaient davantage la France et intervenaient directement dans la guerre indochinoise. Dans le pays, le peuple a enregistré nombre d’exploits remarquables dans sa résistance nationale. Après la campagne de la frontière sino-vietnamienne 1950, la guerre populaire du Vietnam a progressé à pas géants, créant une forte position politique au pays et renforçant sa puissance militaire.

Dans ce contexte historique qui oblige le Parti à renforcer et à perfectionner la révolution vietnamienne pour mener à bonne fin la résistance nationale, le Comité central du Parti a décidé de convoquer son IIe Congrès national, tenu du 11 au 19 février 1951 dans la commune de Vinh Quang, district de Chiêm Hoa, province de Tuyên Quang. Un événement important qui a réuni 158 délégués officiels , 53 délégués suppléants, représentant plus de 760.000 membres du PCV.

C’était pour la première fois que le Congrès national du Parti a été tenu dans le pays, ce dans un contexte tout nouveau : la création et la croissance du système des pays socialistes, et notamment la naissance de la République populaire de Chine (en 1949) ont changé essentiellement le rapport des forces dans le mondeà l’avantage des forces de paix et du mouvement révolutionnaire. La résistance commune des trois peuples indochinois - Vietnam, Laos et Cambodge - a obtenu des victoires importantes. Profitant de la situation difficile des colonialistes français, les impérialistes américains intervenaient directement en Indochine. Une intervention dite «de duplicité»: aider les forces françaises d’une part, et chercher à faire un croc-en-jambe à ces dernières d’autre part. Devant cette situation réelle, le Parti a décidé de se présenter au public en tant que dirigeant de la résistance nationale. Tenu à l’initiative des communistes vietnamiens et applaudi par les communistes laotiens et cambodgiens, le IIe Congrès du Parti a pris la décision, selon laquelle :dans la résistance commune contre les agresseurs étrangers, les peuples de chaque pays d’Indochine avaient besoin d’ un Parti dirigeant propre à lui.Au Vietnam, le Parti porte un nouveau nom : Parti du travail du Vietnam et opérait ouvertement désormais.
Le Congrès a discuté avant d’adopter le Rapport politique et le Rapport sur la révolution vietnamienne, présentés respectivement par le Président Hô Chi Minh et Truong Chinh; ainsi que le Rapport sur le travail d’organisation et les statuts du Parti, présenté par Lê Van Luong. Sans oublier d’autres documents importants.

Le Rapport politique a fait le bilan du mouvement révolutionnaire mondial et de la révolution vietnamien durant la moitié du 20e siècle; fait des prévisions sur la 2e moitié du siècle; tiré des expériences durant 21 ans d’activités du Parti. Le Rapport a défini les tâches majeures dans l’immédiat : anéantir les colonialistes français, mettre en échec le complot d’intervention des impérialistes américains, recouvrer l’indépendance et l’unité nationale, défendre la paix mondiale.

Afin d’accomplir ces tâches importantes, le Parti a avancé des politiques et des mesures concrètes. À savoir: renforcer les forces armées, consolider les organisations de masses, déclencher les mouvements d’émulation patriotiques, élargir le bloc de grande union nationale, renforcer la solidarité internationale; édifier le Parti du travail du Vietnam en «un Parti à la fois solide, puissant, transparent, et radicalement révolutionnaire», capable de conduire la résistance nationale à la victoire finale.

Le Rapport sur la Révolution vietnamien a indiqué la ligne politique d’une Révolution nationale- démocratique - populaire s’orientant vers le socialisme qu’a adoptée le Vietnam. Les contenus du Rapport reproduits dans le Programme politique du Parti du travail du Vietnam ont été adoptés par le Congrès. Etaient précisées dans le Rapport 12 politiques du Parti à appliquer dans la révolution nationale - démocratique - populaire. Le Rapport a complété et développé la théorie du Parti sur la Révolution nationale - démocratique - populaire; cette révolution qui, dirigée par la classe ouvrière, se réalisait dans un pays placé sous le joug à la fois colonial et féodal, mais fort de sa tradition millénaire de lutte indomptable contre l’agression étrangère.

Le Congrès a élu le Comité central du Parti, composé de 19 membres officiels et 10 membres suppléants. Le Comité central a ensuite élu le Bureau politique et le Secrétariat du Parti. Hô Chi Minh a été élu président du Comité central; et Truong Chinh, réélu secrétaire général du Parti.

Le IIe Congrès national du Parti a été un jalon marquant la croissance à tous les égards du PCV, répondant à la demande d’urgence de conduire la Résistance nationale à la victoire finale.

NDEL