Le chant Xoan, patrimoine immatériel à préserver d’urgence

Mercredi, 28 mai 2014 à 05:32:46
 Font Size:     |        Print
 

Une délégation de l'UNESCO Vietnam discute avec le groupe Xoan Phu Tho. Photo: Trân Thanh Giang

Nhân Dân en ligne - Le 24 décembre 2011, à la 6e réunion du Comité intergouvernemental pour la conservation du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO, tenue à Bali, en Indonésie, le chant Xoan de Phu Tho a été officiellement reconnu comme "patrimoine culturel immatériel de l'humanité nécessitant une protection urgente".

Phu Tho est considérée comme la terre ancestrale du peuple vietnamien. Le chant Xoan, littéralement "le chant printanier", est un art vocal qui se pratique des siècles dans la province. C'est dans cette "terre sainte" que, voici 4.000 ans, les rois Hung ont fondé le premier État du Vietnam, appelé à l'époque Van Lang. De ce berceau, un grand nombre de patrimoines culturels du peuple vietnamien sont nés, parmi eux le chant Xoan.
Selon des chercheurs, le chant Xoan est à la base un rituel d'adoration des génies. Il comprends divers éléments que sont musique, chant et danse. Il est généralement interprété dans les maisons communales et au début du printemps. Il existe trois formes de chant Xoan: chant d'adoration des rois Hùng et des esprits gardiens du village, chant rituel pour solliciter d'abondantes récoltes, une bonne santé et de la chance, ainsi que chant des fêtes villageoises où se répondent hommes et femmes.

La danse "Trong Quan Duc Bac" . Photo: Trân Thanh Giang

Chanteuses du groupe Xoan Phu Tho . Photo: Trân Thanh Giang

Chants d'amour en duo.

Chant "Invitation à boire de l’alcool de riz". Photo: Trân Thanh Giang.

Le chant Xoan est toujours accompagné de tambours. Photo: Trân Thanh Giang
Le chant Xoan est lié à l’histoire de la construction nationale sous le règne des rois Hùng. Le berceau du chant Xoan est une contrée de collines comprenant les vieux villages d'An Thai, Thet, Phu Duc et Kim Dai. Avec le temps, ce chant a essaimé dans d'autres localités tout en restant cantonné à la province de Phu Tho. À l'origine, il s'agit d'un chant propitiatoire destiné à s'attirer les bonnes grâces des forces occultes qui gouvernent notre destinée. Les villages de Xoan à Phu Tho ont toujours eu beaucoup de vénération pour les rois Hung, les princesses et les chefs militaires, ce dont témoigne le grand nombre de vieux temples. Au fil des siècles, le répertoire du chant Xoan s'est étoffé pour donner naissance à un nouveau type, plus joyeux, interprété lors des fêtes.
À l'arrivée du printemps, à l'occasion du Nouvel An ou lors des fêtes de village, artistes et amateurs chantaient pour honorer les rois fondateurs Hung, les génies tutélaires des villages, la nature, la vie et le travail. Au-delà de leur chant se dégageait aussi leur aspiration à bénéficier d'un temps clément pour les cultures ainsi que d'abondantes récoltes.
Chaque guilde de chant Xoan est dirigée par un chef désigné sous le nom de "trùm". Les musiciens masculins sont appelés "kép" et les chanteuses "đào". Des danses et instruments tels que cliquettes et différents tambours accompagnent le chant Xoan.
Des enquêtes sociologiques réalisées au début des années 1990 ont montré que bon nombre d'airs anciens sont tombés dans l'oubli, et qu'il ne reste plus que 70 autochtones capables d'en interpréter certains, dont la moitié âgés de plus de 60 ans. Parmi 30 temples et autres lieux où se tenaient des spectacles de Xoan, seul 13 subsistent, deux sont très dégradés et 15 ont disparu.
L'enseignement et la transmission du chant Xoan aux jeunes se heurtent à beaucoup de difficultés. Nguyên Thi Lich, une artiste de chant Xoan, a déclaré: "Dans le passé, le chant Xoan était populaire et interprété dans tous les festivals du village, mais au fil du temps, il n’a cessé de reculer".

Des diplomates étrangers en poste au Vietnam invités à découvrir le chant Xoan. Photo: Trân Thanh Giang
Devant la menace réelle de disparition, la province de Phu Tho a coopéré avec le Conservatoire national du Vietnam et le Département du patrimoine culturel national - ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme - pour mener des enquêtes. Ils ont organisé de nombreuses conférences nationales et internationales pour évaluer la situation réelle de cet art vocal, afin de préparer un dossier à soumettre à l'UNESCO pour une reconnaissance en tant que "patrimoine culturel immatériel nécessitant une protection urgente".
Avec ses valeurs tant historiques, culturelles qu’artistiques, le chant Xoan nécessite une conservation complète ainsi que des efforts pour le faire connaître et aimer, notamment auprès de la jeunesse.
MANH THUONG/VNP